Paysages

Chaque jour je m’émerveille de voir l’espace  redessiné et remodelé par la lumière
et les souffles dans une rencontre toujours renouvelée entre haut et bas, proche et lointain.
Et chaque jour je contemple le ciel, ses infinies variations ou son apparente inertie
qui paraît immobiliser le temps.
Depuis l’enfance ma relation au paysage est bien vivante. J’ai besoin de le sentir,
de le parcourir, de promener mon regard d’une ligne à l’autre, d’une forme à l’autre.
Sur le papier c’est un autre voyage avec la matière comme confidente.
Je rentre timidement ou plus rageusement dans sa surface tandis que ma main
s’oriente vers une blancheur qui n’est pas encore devenue lumière.
Des sédiments se déposent, écrivent de nouvelles géographies dans le souvenir
et la saveur de paysages et dans l’incessant dialogue des jours.