Genèse

L’étonnement est toujours là. Celui de la vie qui circule et se diffuse à chaque instant.
L’œil reste à l’écoute du monde, de la nature, des mouvements visibles et invisibles.
C’est là mon terreau.
Au cours du travail mon regard devient le témoin discret des métamorphoses
successives qui contiennent en germe les formes à venir.
Une ligne apparaît, danse, se précise, se perd, s’évanouit,
se dissout dans la matière, rejaillit ailleurs, se combine à d’autres,
engendre de nouvelles formes de manière organique.
Il arrive aussi qu’une forme s’impose dans toute son évidence,
comme celle de l’œuf qui d’emblée appelle la série.
De toutes ces créations en cours naissent des ramifications et des dialogues
qui creusent l’espace, ouvrent de nouvelles portes.