Démarche

Je suis modelée par le mouvement et les errances à la rencontre du monde si loin,
si proche, inconnu, terrifiant, magnifique, où visible et invisible se côtoient.
Je vis la création comme une recherche, un étonnement, une tentative pour
découvrir des silences, des traces qui irriguent ma vie, à l’écoute du dedans
et du dehors. C’est une aventure, un travail qui commence souvent par l’écriture
sur des carnets, cahiers, ou simples bouts de papier, où je pose des idées,
des impressions, sensations, colle des fragments glanés ici ou là.

J’ai besoin de temps.
Le temps de l’infusion avant celui de l’élaboration.

L’œil est aux aguets, le regard mobile, fertile.
Mon imagination ne se déploie qu’à partir de ce qui existe.
Ma curiosité depuis toujours présente, est comme un ferment, un souffle.
Je me sens reliée à la nature, aux livres, à d’autres cultures, en particulier celle
de l’Extrême-Orient,à d’autres formes de création comme la musique, la danse,
aux artistes du passé, du présent. Leurs œuvres, leur pensée, leurs paroles,
leurs écrits me stimulent. Cette circulation m’est nécessaire, elle me donne
un réel ancrage par la complicité et les affinités créées.

La transmission est aussi une nécessité, une respiration, un déploiement.
Un rythme, un équilibre difficile à trouver.

Je cherche plus à suggérer, à ouvrir qu’à fermer, en écho à ce qui m’anime
en profondeur dans ma présence au monde où la fraîcheur du regard reste
pour moi essentielle, l’expérience fondatrice et la gourmandise toujours présente.
Ne pas opposer, plutôt relier, tisser.
L’instant et l’éternité, la force et la fragilité, le dense et le léger…
Parfois le temps devient un ami. Il travaille avec moi.